Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

savoir lire notre esprit - Upasika Kee
savoir lire notre esprit - Upasika Kee

Il n’y a rien de plus difficile à surveiller que l’esprit car il est terriblement habitué à émettre sans cesse des idées et des opinions erronées. Ce sont elles qui l’empêchent de se connaître. Mais, grâce aux enseignements du Bouddha, nous pouvons percer à jour le fonctionnement de l’esprit, de la conscience, avec toutes ses épaisseurs et ses circonvolutions, lesquelles, si vous regardez bien en profondeur, se trouvent être vides, totalement vides de sens.

Il s’agit d’une vacuité qui peut apparaître clairement dans la conscience. Même si elle est cachée et profonde, nous pouvons la percer en tournant le regard vers l’intérieur dans le silence et le calme. L’esprit s’arrête pour observer et comprendre ce qui est en lui. Il se désintéresse alors des contacts sensoriels – objets vus, sons, odeurs, saveurs et autres – parce que toute son attention est dirigée vers la conscience pure et simple pour voir ce qui apparaît en elle et comment cela engendre des problèmes. Sensations, pensées, mots pour décrire le plaisir et la douleur… Tout cela, ce sont des phénomènes naturels qui changent dès qu’ils sont ressentis et qui sont très fins. Si vous les prenez au sérieux, comme étant liés à telle ou telle situation, vous serez incapable de comprendre leur véritable nature. Plus vous leur donnez un sens compliqué, plus vous vous égarez ; vous vous égarez dans la spirale du cycle des renaissances.

Le cycle des renaissances et les processus de formation des pensées sont une seule et même chose. Par conséquent, nous tournons en rond indéfiniment, perdus non pas dans un, mais dans d’innombrables niveaux de formations mentales. La connaissance qui permettrait de comprendre le cœur et l’esprit n’arrive pas à percer car elle tourbillonne précisément dans ces formations mentales, cherche à leur donner du sens et s’en saisit. Si elle décide qu’elles sont bonnes, elle s’en saisit comme étant de bonnes pensées ; si elle décide qu’elles sont douloureuses, elle s’en saisit comme étant des pensées douloureuses. Voilà pourquoi l’esprit demeure tout entier dans la spirale du cycle des renaissances, le cycle des pensées.

Voir ces choses clairement nécessite donc l’effort de s’arrêter et d’observer, de s’arrêter et de connaître les choses correctement, de manière juste. En même temps, il faut utiliser vos capacités d’observation. C’est cela qui vous permettra de lire en vous-même de cette façon particulière.

Au bout du compte, vous verrez qu’il n’y a rien du tout, simplement des phénomènes qui apparaissent puis disparaissent, à tout moment, au milieu de la vacuité. Si vous ne vous en saisissez pas, il n’y a pas de problème. Il n’y a que ce phénomène naturel d’apparition et de disparition. C’est parce que nous ne voyons pas ces choses avec simplicité, comme des phénomènes naturels, que nous croyons qu’ils ont une réalité absolue ; alors nous nous en saisissons comme étant « moi », comme étant bonnes ou mauvaises, et toutes sortes d’autres choses compliquées. Cette vision erronée des choses nous maintient dans une spirale infernale ; nous ne comprenons plus rien, nous ne savons pas ce qu’il faudrait lâcher pour en sortir. Quand nous ne savons pas, nous nous sentons perdus comme quelqu’un qui erre dans la jungle sans savoir quoi faire pour en sortir.

En réalité, ce que nous devons lâcher est juste devant nous, là où l’esprit fabrique des pensées, leur colle des mots et leur donne du sens, de telle sorte qu’il oublie qu’il ne s’agit que de phénomènes naturels dont la caractéristique est d’apparaître et de disparaître, purement et simplement. Si vous pouvez rester simplement là, à observer et identifier correctement ce qui apparaît dans l’esprit, sans avoir besoin de penser, d’interpréter, d’imaginer, simplement en observant le processus du fonctionnement de l’esprit en lui-même, il n’y aura aucun problème. Il n’y aura que ce phénomène de l’instant présent : apparition, durée, disparition, apparition, durée, disparition… Il n’y a rien d’extraordinaire là-dedans mais il faut vous arrêter et observer, vous arrêter et prendre conscience de ce qui se passe en vous à tout moment. Ne permettez pas à votre attention de s’évader vers des préoccupations extérieures ; concentrez-la pour qu’elle apprenne à se connaître elle-même clairement, pour qu’elle voie qu’il n’y a rien qui vaille la peine que l’on s’en saisisse. Tout n’est qu’une série de pièges trompeurs.

Savoir cela est déjà très utile pour voir la vérité en vous. Vous verrez que la conscience est vide de « moi », qu’elle est impersonnelle. Quand vous regarderez des phénomènes physiques, vous les verrez comme des éléments, comme étant vides de « soi ». Vous verrez les phénomènes mentaux comme étant vides de « soi », comme des éléments de la conscience. Et vous verrez que, s’il n’y a pas d’attachement à ces phénomènes physiques et mentaux, si vous ne vous en saisissez pas en croyant qu’ils sont « vous », il n’y a ni tension ni souffrance.

Upasika Kee - Extrait du livre " Savoir lire l'esprit "

Traduction française Jeanne Schut

transcription du 28 mai 2016- Chantal Gorski

Tag(s) : #Articles

Partager cet article

Repost0