Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Quatre Corps-Dilgo Khyentsé Rinpoché
Les Quatre Corps-Dilgo Khyentsé Rinpoché

Du point de vue de la vérité absolue, les phénomènes n'ont pas de réalité. Ce que nous concevons comme " moi " - mon corps, mon esprit, mon nom - n'a pas d'existence réelle. Les autres êtres non plus n'ont pas d'existence réelle, soient-ils nos chers parents ou nos pires ennemis. De même, les cinq poisons sont vides d'existence propre. A partir de là, en gardant ce fait à l'esprit, on cherche l'origine de ces phénomènes, à quoi ressemblent leurs causes, et à quoi ressemblent les émotions elles-mêmes. L'examen prouve qu'il n'y a rien que l'on puisse trouver. Cette absence est le Corps absolu, non-né, ou Dharmakaya.

Bien que tout soit "vide " par nature, la vacuité n'est pas le simple espace vide d'un vase, par exemple, dans lequel il n'y aurait rien. Le bonheur, la souffrance et tous les sentiments, toutes les perceptions se réfléchissent sans fin dans l'esprit. Ce fait d'apparaître, à la manière d'un reflet, est le Corps de manifestation ou Nirmanakaya.

Une graine non plantée restera graine et ne se transformera pas en fruit. De même, ce qui n'est jamais né ne cessera jamais d'être. Etre sans origine, c'est forcément être sans cessation. Cet aspect de non-cessation est ce que l'on entend par Corps de la Parfaite Jouissance ou Sambhogakaya.

S'il n'y a ni naissance par le passé, ni cessation dans le futur, il ne peut y avoir quelque chose qui demeure dans le présent, parce que l'existence implique nécessairement un début et une fin. On peut penser, par exemple, que durant la vie l'esprit réside dans le corps, mais il n'y a ni lieu de résidence ni objet qui réside. Il n'y a pas d'existence ni de non-existence. Se disséquerait-on le corps en séparant la peau, la chair, les muscles et le sang, où pourrait-on trouver l'esprit ? Se tient-il dans la chair, dans les os ou ailleurs ? L'esprit est introuvable parce qu'il est vacuité. Le fait que l'esprit soit vacuité, que les phénomènes y apparaissent néanmoins et qu'il transcende toute origine et par conséquent, toute cessation, voilà l'union inséparable des trois Corps, le Corps essentiel ou Svabhavikakaya.

Quand les perceptions illusoires sont envisagées sous l'aspect des quatre corps, elles n'ont rien d'impur : point n'est besoin de s'en défaire; non plus qu'il se trouve quelque chose d'autre, pur et exempt d'illusion, qu'il conviendrait d'adopter. Car, lorsque l'illusion s'évanouit, la sagesse exempte d'illusion est simplement présente, comme elle l'a toujours été. L'or dans la terre est terni et taché mais sa nature n'est pas sujette au changement. Purifié par un traitement chimique ou raffiné par un orfèvre, le véritable caractère de l'or paraît au grand jour. De même, en soumettant son esprit entaché d'illusion à une analyse qui conclut que l'esprit , libre de naissance et de cessation, n'a pas de lieu de résidence, on découvrira la sagesse libre d'illusion. Par ailleurs, l'esprit tenu sous l'emprise de l'illusion, lui-même illusoire, est instable et fluctuant comme les expériences faites en rêve, tandis que la véritable nature des choses, inaltérée par l'illusion, la nature de Bouddha ou Tathagatagarbha, a toujours été présente en nous depuis des temps sans commencement. Il en est exactement de même pour les Bouddhas et pour nous. C'est en vertu de cette nature que les Bouddhas peuvent aider les êtres et grâce à elle que ces derniers peuvent atteindre l'Eveil. Il n'y a pas d'autre manière d'appréhender les quatre Corps que de comprendre la vraie nature des perceptions illusoires.

Extrait du livre " Audace et Compassion " de Dilgo Khyentsé Rinpoché.

Transcription du 26 juin 2016 - Chantal Gorski

Tag(s) : #Articles

Partager cet article

Repost0